Avis relatif au coronavirus (Covid-19). Vous pouvez désormais parcourir notre site afin de consulter la liste des établissements et commerces qui ont rouvert leurs portes et participent au programme « Good to Go ». Pour plus d’infos sur les voyages et le tourisme en Écosse à l’ère du coronavirus, consultez notre page consacrée au déconfinement.

Le Blog

L’Aberdeenshire, entre art et histoires

Si certains d’entre vous ont déjà regardé les séries documentaires Trawlermen ou Fish Town de la BBC, il se peut que vous ayez déjà entendu le dialecte du scots parlé dans cette région du nord-est de l’Écosse, à savoir le « doric ». Ce dialecte possède des mots et expressions fascinants, comme loon (« garçon »), quine (« fille » ou « femme ») et le fameux fit like? (« comment vas-tu/allez-vous ? »), que vous n’entendrez nulle part ailleurs en Écosse.

Ce dialecte peut sembler étrange au premier abord. Néanmoins, nous vous invitons à prendre le temps d’apprécier cette langue unique, et en particulier le patrimoine culturel de la région d’Aberdeen, que nous allons découvrir au travers de contes et d’histoires.

Découvrez certaines des facettes de la culture de l’Aberdeenshire, qui vous inspireront peut-être à y organiser votre prochain voyage. Nous espérons vous faire découvrir une région riche en histoires, en chansons et en surnaturel. L’Aberdeenshire, c’est une région où l’artisanat et l’art des mots se sont transmis au fil des générations. Une région qui a marqué et continue d’inspirer les écrivains et musiciens de talent.

Les esprits et le surnaturel

L’Écosse est une terre de mythes et de légendes, où les histoires de fantômes et les maisons hantées sont légion. Et à cet égard, la région d’Aberdeen est certainement la mieux servie…

The haunting ruins of Slains Castle, Cruden Bay

Les ruines hantées du château de Slains, à Cruden Bay © VisitScotland/North East 250/Damian Shields

Cette affirmation peut paraître assez audacieuse, mais saviez-vous que l’un des habitués de la région n’était autre que Bram Stoker, qui trouva l’inspiration au cours de ses nombreux séjours dans l’Aberdeenshire avant de publier son célèbre chef-d’œuvre Dracula en 1897 ? Et si vous n’êtes pas convaincus, nous vous invitons à vous rendre dans la salle octogonale du château de Slains, situé aux abords du village de Cruden Bay, et y lire quelques pages du roman !

Stoker a lui-même inspiré des générations de cinéastes, d’écrivains et d’acteurs, dont la troupe de théâtre Modo, qui en 2019 mit en scène Doricula au château de Slains : une pièce consacrée à Dracula et interprétée entièrement en doric ! L’écrivain local Mike Shepherd a mené un grand nombre de recherches approfondies sur les liens entre Bram Stoker et le nord-est de l’Écosse. Il rassembla les résultats de ses recherches et les publia dans son ouvrage When Brave Men Shudder: the Scottish Origins of Dracula (2018, non traduit en français).

L’influence du nord-est se traduit également dans d’autres œuvres de Stoker, notamment The Watter’s Mou (1895, non traduit en français), une histoire de contrebandiers qui se déroule dans le village de pêcheurs de Port Erroll, The Lair of the White Worm (1911, paru en français sous le titre Le repaire du ver blanc) et The Mystery of the Sea (1902, non traduit en français).

Dracula est l’un des nombreux récits surnaturels dont l’action se déroule dans ce coin de l’Écosse. La région a donné lieu à une myriade d’autres histoires…

The Wine Tower at the Museum of Scottish Lighthouses

La Wine Tower du musée des phares écossais © VisitScotland/Discover Fraserburgh/Damian Shields

Découvrez la raison pour laquelle les rochers situés sous la Wine Tower de Fraserburgh sont peints en rouge. Pourquoi Helen Rogie et Margaret Bane finirent au bûcher en 1595 ? Pourquoi Jock, le « géant de Bennachie », fut ensorcelé, plongé dans un profond sommeil et enfermé à jamais dans un donjon sombre et profond. Découvrez leurs histoires et bien plus encore en lisant les « histoires surnaturelles du nord-est de l’Écosse » compilées par l’université d’Aberdeen.

La capitale poétique du monde

En plus de son passé agricole et forestier, et sa culture de la pêche, l’Aberdeenshire peut se vanter d’un riche patrimoine d’histoires, qui sont souvent racontées sous la forme de chansons et de poèmes.

Les nombreux villages de pêcheurs qui parsèment le littoral de l’Aberdeenshire ont été témoins du va-et-vient constant de touristes et voyageurs depuis des siècles. C’est pourquoi une grande partie des chansons et poèmes de la région ont vu le jour dans ces communautés.

Fishing boats moored in Gardenstown Harbour, Banffshire

Des bateaux de pêche amarrés dans le port de Gardenstown (Banffshire)

Consultez la carte interactive des contes de l’Aberdeenshire pour en apprendre davantage sur le « chevalier elfe » et « Jock de Braidislee », ou écouter l’histoire tragique de Mill o Tifty’s Annie, un conte en partie inspiré de faits réels qui mêle amour et meurtre. Vous pouvez d’ailleurs vous rendre sur sa tombe dans le cimetière de Fyvie.

Le folklore de cette région est aussi inspirant que fascinant. Jetez un œil à cet ouvrage qui met à l’honneur les figures emblématiques du nord-est et découvrez cette terre au passé riche en histoires.

Il a également été démontré – de façon assez convaincante – que les ballades traditionnelles du nord-est ont influencé certains genres musicaux, notamment le bluegrass, la musique country, et même le rock’n’roll, tant sur la scène locale qu’internationale.

Certaines chansons de Bob Dylan et de Joan Baez, qui ont des liens familiaux avec la région, ou encore de Dolly Parton, Richard Thompson et le groupe Grateful Dead, trouvent leurs racines dans les ballades traditionnelles de la région.

Par exemple, le titre Pretty Peggy-o de Bob Dylan, issu de son tout premier album, trouve ses origines dans la chanson populaire Fennario, qui fut également interprétée par Baez et les Grateful Dead. Et d’ailleurs, la chanson Fennario provient elle-même d’une autre ballade traditionnelle du nord-est : The Bonnie Lass o’ Fyvie !

Vous pouvez écouter cette ballade, mais également beaucoup d’autres, en cliquant sur liens audio intégrés à la carte interactive.

L’artisanat traditionnel de l’Aberdeenshire

Il est facile de remarquer les différentes connexions entre les communautés aux quatre coins de l’Aberdeenshire. Et l’un des meilleurs exemples de ces connexions est l’artisanat. En effet, certaines techniques utilisées dans la région ont été transmises de génération en génération. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’artisanat dans l’Aberdeenshire, regardez les vidéos ci-dessous.

Artéfacts en paille

Selon la légende, les fermiers locaux avaient pour coutume de confectionner des poupées de maïs afin de repousser les esprits malveillants et de garantir la qualité des récoltes futures.

Cette méthode de confection s’est transmise au fil des générations, et de nombreuses poupées de maïs sont encore fabriquées à partir d’éléments durables et écologiques. Certains ateliers sont d’ailleurs régulièrement organisés dans la région, au cas où vous aimeriez confectionner la vôtre.

Le travail du cuir

Le tannage est une autre méthode traditionnelle bien connue des fermiers de l’Aberdeenshire, dont une grande partie utilise encore des chevaux pour labourer leurs champs et se déplacer dans les environs.

Bien que le cuir soit encore utilisé dans la fabrication de selles et d’autres accessoires équestres, ce matériau tactile intervient dans la confection de nombreux autres objets du quotidien, notamment les sacs, les ceintures, et même certains pots de fleurs ! Certains ateliers en petit comité sont organisés dans l’Aberdeenshire ; une bonne occasion de pratiquer une activité originale !

La dentellerie

C’est dans le village de New Pitsligo, situé entre Banff et Fraserburgh, que vous trouverez certaines des plus belles dentelles au monde. Il est probable que la production de dentelle ait commencé dans la région au XVIIIe siècle, et qu’elle constituait un moyen pour les villageois – en particulier les femmes – d’apporter une rentrée financière supplémentaire à leur foyer. Il est tout aussi probable que la dentelle de New Pitsligo ait gagné en popularité au cours du XIXe siècle, lorsque la Reine Victoria passa une commande assez importante de cette dentelle.

Aujourd’hui, l’art de la dentellerie est intimement lié aux communautés locales, où il est préservé et transmis pour les générations à venir. Le village de New Pitsligo possède même son propre « club de dentellerie », qui se réunit (en ligne) chaque semaine.

Le matelassage

Le matelassage est également pratiqué dans un certain nombre de villages de la région. Les hivers du nord-est peuvent s’avérer assez rudes. Et dans ces cas-là, rien ne mieux qu’un édredon douillet coloré confectionné avec soin et précision. Les techniques de matelassage font également l’objet d’une transmission active de génération en génération, à la seule différence près que les motifs traditionnels font progressivement place à des motifs plus modernes.

La carte interactive que nous avons évoquée plus haut contient plus de 50 exemples de ce patrimoine unique. La région possède de nombreuses autres histoires et expériences à découvrir. Cela dit, le meilleur endroit pour les apprécier est ici, dans le nord-est de l’Écosse.

Alors quand il sera à nouveau possible de voyager en Écosse, rendez-vous dans l’Aberdeenshire, discutez (en anglais) avec les habitants de la région, et n’oubliez pas d’utiliser le hashtag #storiesofaberdeenshire pour nous faire part de vos expériences sur place. Croyez-nous : commencez vos conversations par « fit like ? » déliera les langues de plus d’un Aberdonien !

Comments

Politique de cookies

VisitScotland utilise des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. En utilisant notre site, vous acceptez notre politique d'utilisation de cookies. Pour plus d'informations, veuillez lire notre déclaration de confidentialité et de cookies.