Version bêta du site : nous développons actuellement un nouveau site web pour rendre vos séjours en Écosse encore meilleurs. Profitez d’un aperçu de notre nouveau site.

Le Blog

10 toponymes gaéliques et leur signification

Le gaélique est une langue fascinante, et vous savez probablement qu’un grand nombre de noms de lieux (appelés « toponymes ») en Écosse ont des origines gaéliques. Et leur signification révèle bien souvent des histoires plus ou moins étonnantes à leur sujet. À l’occasion de l’Année des Histoires en Écosse, nous aimerions vous en partager quelques-unes.

Vous voulez en apprendre davantage sur le gaélique écossais ? Regardez notre vidéo d’introduction au gaélique écossais (n’oubliez pas d’activer les sous-titres français !).

Aberdeen – Obar Dheathain

Aberdeen beach at dusk

La plage d’Aberdeen au crépuscule

Le nom gaélique d’Aberdeen signifie « embouchure du Don ». Le fleuve Don prend sa source dans les Grampians et s’écoule vers l’est, traverse l’Aberdeenshire pour se jeter dans la mer du Nord à Aberdeen. Les noms de lieux locaux attestent qu’à l’époque médiévale, la région d’Aberdeen a été colonisée par des peuples de langue gaélique à une époque à laquelle la langue picte, plus ancienne, commençait à décliner. Le gaélique est souvent associé à la côte ouest et aux Highlands. Cela dit, il est également parlé dans la moitié est de l’Écosse.

Découvrez-en plus sur Aberdeen.

Glasgow – Glaschu

McLennan Arch Glasgow Green

L’arche McLennan, parc de Glasgow Green

Glasgow, la plus grande ville d’Écosse, est appelée Glaschu en gaélique. Cela signifie « creux vert » ou « vallon vert ». Il est possible que cette étymologie le surnom populaire de la ville, à savoir dear green place (« cher endroit vert »). Le mot gaélique Glaschu dériverait de l’ancienne langue brittonique parlée par les premiers habitants du Pays de Galles, du nord de l’Angleterre et du sud de l’Écosse. Vous serez peut-être intéressé de savoir que la première famille recensée à Glasgow parlait gaélique : une charte royale du XIIe siècle mentionne les enfants et les personnes à charge de Gillemachoi qui devaient parler gaélique. Le bilinguisme était par ailleurs courant à cette époque.

Découvrez-en plus sur Glasgow.

La péninsule de Black Isle – AN T-EILEAN DUBH

Cromarty, Black Isle

Cromarty, péninsule de Black Isle

L’origine du nom la péninsule de Black Isle (littéralement « île noire ») est quelque peu mystérieuse, étant donné qu’elle n’est ni noire…ni même une île. La traduction gaélique du lieu signifie bel et bien « île noire » et certaines sources affirment que cette péninsule fertile a été nommée en raison de la richesse de son sol sombre de l’époque. Une autre source affirme qu’il s’agirait en réalité d’une traduction corrompue d’une expression gaélique signifiant « terre des Danois noirs » (où « noirs » fait allusion à leur mauvaise humeur), ce qui différencierait des peuples nordiques plus amicaux qui occupaient les îles Hébrides voisines à l’époque médiévale. L’Histoire montre que « l’île noire » a été le point de rencontre de diverses cultures et de luttes de pouvoir.

Découvrez-en davantage sur la péninsule de Black Isle.

Ardnamurchan – Àird nam Murchan

otters playing by the shore

Des loutres jouant sur le littoral

Ce toponyme gaélique plutôt poétique signifie « le promontoire des chiens de mer Le terme « chien de mer » semble un peu effrayant, mais ce terme désigne en réalité un phoque ou une loutre. Le toponyme est une description d’un endroit côtier où les animaux auraient joué au bord de la mer. Il est intéressant de noter qu’une version plus ancienne du nom Artda Muirchol a été identifiée dans des manuscrits anciens, ce qui pourrait faire référence à des actes de piraterie ou de naufrage autour de son littoral rocheux.

Découvrez-en plus sur la péninsule d’Ardnamurchan.

Benbecula – Beinn na Faoghla

Beach at Liniclate, Benbecula

La plage de Liniclate, sur l’île de Benbecula

Le nom gaélique de l’île de Benbecula, dans l’archipel des Hébrides, signifie « la montagne des gués ». Il semble qu’il s’agisse d’une référence au Rueval, la colline solitaire de l’île, qui sert de tremplin entre les îles de North Uist et South Uist. Le nom proviendrait de Peighinn nam Fadhla, « pennyland* des gués ». L’île est aussi parfois appelée an t-Eilean Dorcha, « l’île sombre ». Un natif de Benbecula est un Badhlach ou Baoghlach.

*Un pennyland (du gaélique écossais peighinn) est une ancienne unité de mesure terrestre écossaise d’origine scandinave. Cet élément apparaît dans plusieurs noms de lieux dans le nord de l’Écosse.

Découvrez-en davantage sur l’île de Benbecula.

Fort William – An Gearasdan

Looking across to Fort William

Vue sur Fort William, avec Ben Nevis en arrière-plan

Le nom An Gearasdan signifie « la garnison ». Il s’agit d’un toponyme gaélique relativement moderne qui remonte à la bataille de Culloden, lorsque la présence militaire était importante dans la région. Plus récemment, des tentatives ont été faites pour renommer Fort William. En 1935, un article paru dans le Scotsman mentionnait la Fort William Celtic Vigilance Society qui voulait que le nom soit changé en Abernevis, c’est-à-dire « l’embouchure du [Ben] Nevis » !

Découvrez-en davantage sur Fort William.

Dundee – Dùn Dè

Dundee at night

Dundee le soir tombé

Les locuteurs du gaélique reconnaîtront le nom de Dundee comme « le fort de Dieu ». Néanmoins, le « fort » en question est probablement Dundee Law, la colline qui surplombe son centre-ville. Il existe deux formes concurrentes de ce toponyme gaélique, à savoir Dùn Dèagh et Dùn Dè, qui sont toutes deux correctes. Le site Web Ainmean-Àite na h-Alba, consacré aux toponymes d’Écosse, recommande Dùn Dè sur la base de la prononciation la plus courante aujourd’hui. Il existe de nombreux noms de lieux gaéliques commençant par Dùn, qui signifie « fort » ou « colline fortifiée », dont Dùn Èideann, également connu sous le nom d’Édimbourg.

Découvrez-en davantage sur Dundee.

Flanders Moss – A’ Mhòine Fhlànrasach

Moss!

De la mousse !

Formée sur le Carse* de Stirling il y a plus de 8000 ans, la réserve naturelle de Flanders Moss est l’un des derniers vestiges fragiles des grandes tourbières qui couvraient autrefois une grande partie de l’Écosse. C’est une sorte de joyau caché qui mérite une visite. Son nom gaélique, A’ Mhòine Fhlànrasach, signifie littéralement « la tourbe de Flandre ». Ce nom fait écho à l’exode de nombreux Flamands, qui se sont installés dans l’est de l’Écosse entre les XIe et XVIIe siècle.

*Le terme anglais carse (qui provient du gaélique écossais càrrsa) désigne un terrain fertile situé au creux de certaines vallées fluviales d’Écosse.

Découvrez-en davantage sur la réserve naturelle de Flanders Moss.

Galloway – Gall-Ghàidhealaibh

Mull of Galloway

Le Mull of Galloway

Le nom de Galloway vient du gaélique i nGall Gaidhealaib – ou « parmi les Gall Gaidheil ». Le terme Gall Gaidheil (qui signifie littéralement « Gaels étrangers ») désignait à l’origine le mélange de peuples scandinaves et gaéliques qui vivaient dans le Galloway au Moyen-Âge. Les personnes qui vivent aujourd’hui dans le Galloway sont parfois appelées Gallovidiens.

Découvrez-en davantage sur le Galloway.

Beauly – A’ Mhanachainn

Countryside near Beauly

La campagne de Beauly

Voici un bon exemple de toponyme gaélique qui révèle un peu d’histoire. Le nom A’ Mhanachainn signifie « lieu des moines » et fait référence au prieuré qui a été construit à Beauly au XIIIe siècle. Ces ruines sont d’ailleurs toujours visibles dans la ville. Cependant, le nom anglais de Beauly vient du français « beau lieu ». On pense que c’est parce que la reine d’Écosse Mary l’a visité un jour et se serait exclamée : « c’est un beau lieu » !

Découvrez-en davantage sur Beauly.

Que vous soyez amateurs de gaélique, de langues ou simple curieux, nous espérons que vous avez apprécié ces quelques toponymes et leur signification. Gardez un œil sur les noms de lieux gaéliques (notamment sur les panneaux routiers) lorsque vous voyagez en Écosse, et partagez vos histoires via les hashtags #TalesOfScotland et #YS2022.

Ceci pourrait vous intéresser :

 

Comments