Avis relatif au coronavirus (Covid-19). Vous pouvez désormais parcourir notre site afin de consulter la liste des établissements et commerces qui ont rouvert leurs portes et participent au programme « Good to Go ». Pour plus d’infos sur les voyages et le tourisme en Écosse à l’ère du coronavirus, consultez notre page consacrée au déconfinement.

Le Blog

Islay : itinéraire d’un amoureux de whisky

J’ai dégusté des Scotchs dans des bars à whisky de Tollcross à Tain. Et de Toronto à Tokyo, d’ailleurs. Le Scotch whisky possède des arômes et des saveurs qui me rappellent instantanément l’Écosse. Le mot provient du gaélique écossais uisge beatha, qui signifie littéralement « eau de vie ». Aussi loin que je m’en souvienne, le whisky m’a toujours rappelé ma terre natale. Le whisky est certes la boisson nationale de l’Écosse, mais bien plus encore : il fait partie intégrante de son identité. Au moment où j’écris ces premières lignes, je me trouve sur un ferry, un verre de whisky à la main, en route pour la mystérieuse île d’Islay, en quête de son célèbre trio de whiskies. Je tiens à savourer chacun des arômes, et profiter de chaque seconde passée dans le décor idyllique de cette île dont j’attends tellement.

Islay et les seigneurs des îles

A single track road to a beach near Port Ellen on the Isle of Islay.

Une route à voie unique menant à une plage près de Port Ellen, sur l’île d’Islay | VisitScotland / Paul Tomkins, tous droits réservés

Avant de poser le pied sur Islay, je ne connaissais de l’île que ses « seigneurs » légendaires, ces chefs jadis tout-puissants qui régnaient sur Islay et une grande partie de l’archipel des Hébrides. Je dois bien dire que je comprends ce qui les a attirés ici, sur cette île aussi belle que sauvage. Islay est un tableau vivant aux mille nuances et aux paysages époustouflants.

Islay, c’est un enchaînement de collines ondoyantes, de plages balayées par le vent et de littoraux en dents de scie. Et si cela ne suffisait pas, l’île d’Islay offre des vues imprenables sur les Paps of Jura, ces trois montagnes qui dominent l’île voisine de Jura. Par temps dégagé, même la côte irlandaise est clairement visible. Regardez à l’ouest et admirez toute l’immensité bleutée de l’Atlantique, de l’autre côté duquel se trouve l’Amérique du Nord.

Les distilleries d’Islay

The Bunnahabhain distillery at Bunnahabhain (Bonahaven) on the east coast of the island of Islay.

La distillerie de Bunnahabhain (prononcer Bonahaven) se situe dans le hameau du même nom, sur la côte est d’Islay| VisitScotland / Paul Tomkins

La beauté d’Islay et l’atmosphère romantique qu’elle dégage se traduit dans les huit (bientôt neuf !) distilleries de l’île, dont les single malts dont renommés pour leur inimitable arôme tourbé et fumé. Cet arôme d’orge maltée, une fois combiné à l’eau fraîche d’Islay et à quelques notes d’algues marines, donne naissance à un spiritueux qui attire tant les amateurs que les connaisseurs, même ceux qui affirment ne pas aimer le whisky !

Alors que je me tiens à la proue du ferry CalMac, je me souviens d’un barman français qui essaya un jour de me convaincre que les spiritueux n’apportaient pas grand-chose au « terroir ». Selon lui, les spiritueux étaient bien plus industriels que les vins, et que leur origine, et leur méthode de production d’ailleurs, n’étaient pas aussi importantes que celles de ses vins si chers à ses yeux.

Cette théorie fut soudainement balayée par les embruns salés de l’Atlantique lorsque mon regard se posa pour la première fois sur les distilleries d’Islay. Là-bas, juchée sur un littoral de tourbe et d’algues marines, j’aperçus Ardbeg. La prochaine distillerie en vue est celle de Lagavulin, et enfin Laphroaig. Sur ce même tronçon de la côte sud-est de l’île, à quelques minutes de marche l’une de l’autre, se trouvent mes trois distilleries préférées d’Écosse. Le voici, mon terroir à moi.

Laphroaig

The Laphroaig Distillery on the Isle of Islay.

La distillerie de Lagavulin, sur l’île d’Islay | VisitScotland / Paul Tomkins, tous droits réservés

La première escale de mon pèlerinage est la distillerie de Laphroaig. Ses murs blanchis à la chaux se dressent fièrement face à la puissance de l’Atlantique. C’est dans ce climat saturé par les embruns que je me prépare à effectuer la première visite guidée de la journée, celle des Distillers’ Wares. Pendant deux heures et demie, je plonge au-delà de mon verre de whisky et découvre les différentes facettes de ce malt fumé. J’en apprends davantage sur le processus de création du Laphroaig, de sa conservation et de son vieillissement. Dans l’entrepôt, je déguste une sélection de malts servis directement au fût, avant de mettre le mien en bouteille pour l’emmener avec moi.

Lagavulin

The Lagavulin Distillery on the Isle of Islay.

La distillerie de Lagavulin, sur l’île d’Islay | VisitScotland / Paul Tomkins, tous droits réservés

Ma prochaine étape est Lagavulin. La chance est de mon côté : une nouvelle piste cyclable et une voie pour piétons ont été aménagées sur ce tronçon sud de l’île, ce qui permet de visiter aisément ces trois distilleries sur la même journée, à pied ou sur deux roues. Étant donné que je compte bien déguster quelques whiskies, je choisis d’y aller à pied. Lagavulin offre l’une des expériences les plus décontractées d’Écosse. Alors que je passe le pas de leur porte, une dame très accueillante qui se tenait derrière le comptoir de leur petite boutique m’indique un coin de la pièce, où se trouve une autre somptueuse pièce décorée dans le style des demeures grandioses de la campagne écossaise. Je m’assieds dans un grand siège en cuir au coin d’un feu crépitant, un verre de leur délicieux whisky tourbé de 16 ans d’âge entre les doigts.

Ardbeg

The Ardbeg Distillery on the Isle of Islay.

La distillerie d’Ardbeg, sur l’île d’Islay | VisitScotland / Paul Tomkins, tous droits réservés

Dernière escale, mais non des moindres : la distillerie d’Ardbeg. Le vent est monté d’un cran, et mon visage est balayé par les effluves de l’Atlantique, qui m’évoquent instantanément l’intensité sucré-salée d’Ardbeg. Sa distillerie est pour le moins impressionnante. Elle fut mise à l’arrêt en 1981 et laissée à l’abandon. En 1997, elle fut courageusement rouverte, et n’a pas fait marche arrière depuis lors.

Ardbeg offre un large éventail de visites guidées. J’opte pour la formule intitulée Ardbeg Across the Decades (« Ardbeg au fil des décennies »), qui me dévoile certains des secrets de mon single malt préféré. Je découvre l’histoire de la communauté d’Ardbeg et les processus de production de son whisky au travers de photos d’époque et d’histoires. En plus de ces contes narrés avec brio, cette formule vous permet de déguster plusieurs whiskies ; un par décennie, en commençant dans les années 1970. Ardbeg possède également un café et un restaurant dont les préparations sont accompagnées, d’une façon ou d’une autre, d’un whisky tourbé. Je peine à me décider entre le haggis enrobé d’une délicieuse sauce crémeuse d’Ardbeg ou une potée (beef casserole) d’Islay infusée au whisky d’Ardbeg.

Loch Uigeadail

Je veux en savoir plus sur Ardbeg. Découvrir d’autres facettes de ses produits. Une occasion s’offre à moi lors d’une conversation avec l’un des distillateurs. Il me suggère de me rendre au Loch Uigeadail, la source de l’eau qui confère à mon malt favori ce cachet si caractéristique. Alors que je pars en randonnée à flanc de colline derrière la distillerie et longe les ruines d’un village abandonné, je remarque que ses indications sont incroyablement exactes. J’atteins enfin ma destination au moment précis où la brume se lève pour dévoiler le Loch Uigeadail dans toute sa splendeur.

À la fin de ma journée, alors que le soleil se couche par-delà l’horizon et colore le ciel de ses teintes rouge-orangées, je me prépare à quitter mes trois dames du sud. Je quitte le Loch Uigeadail et retrouve le confort et la chaleur du Port Charlotte Hotel.

Une fois attablé pour le dîner, j’attaque un plat d’huîtres accompagné d’un verre de whisky de Laphroaig. Viennent ensuite de délicieuses coquilles Saint-Jacques provenant du Loch Indaal, que l’on peut apercevoir par la fenêtre. Naturellement, elles sont marinées dans un whisky de Lagavulin. Je porte un toast à Islay et à son uisge beatha. Je suis désormais en mesure de l’apprécier à Tollcross, Toronto ou Tokyo en disposant d’une connaissance intime de la région où ces whiskies imbibèrent pour la première fois la tourbe et les embruns salés de l’Atlantique.

Pour plus d’infos sur l’île d’Islay et ses distilleries, jetez un œil à notre page consacrée à Islay ou consultez notre guide des distilleries de whisky d’Islay.

Comments

Politique de cookies

VisitScotland utilise des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. En utilisant notre site, vous acceptez notre politique d'utilisation de cookies. Pour plus d'informations, veuillez lire notre déclaration de confidentialité et de cookies.