Version bêta du site : nous développons actuellement un nouveau site web pour rendre vos séjours en Écosse encore meilleurs. Profitez d’un aperçu de notre nouveau site.

Le Blog

8 histoires sur le sud de l’Écosse

 

Le sud de l’Écosse est la destination idéale à découvrir à l’occasion de l’Année des Histoires 2022 en Écosse. Qu’il s’agisse de grandes romances, de légendes surnaturelles, d’histoires de fantômes, de contrebandiers, de jacobites, de Bonnie Prince Charlie ou d’autres récits intrigants, de nombreux sites et attractions de cette région d’Écosse ont une histoire fascinante. Voici quelques-unes des histoires qui se cachent derrière certains des lieux les plus extraordinaires de la région.

*Veuillez noter que tous les lieux figurant sur cette liste ne sont pas encore ouverts aux visiteurs. Pour plus d’infos, nous vous invitons à consulter les sites web des établissements concernés.*

L’abbaye de Sweetheart : une histoire d’amour

Fermée pour rénovation

Sweetheart Abbey, New Abbey, Dumfries & Galloway © Dumfries & Galloway Council/Mark Geddes

Où ? New Abbey, près de Dumfries (Dumfries & Galloway)

À la périphérie d’un petit village du Dumfriesshire se dresse un monument qui rend hommage aux amours éternelles. En 1272, Lady Devorgilla de Galloway signa une charte fondant une nouvelle abbaye cistercienne à la mémoire de son mari bien-aimé, Jean de Bailleul. Non contente d’ériger une magnifique abbaye, Lady Devorgilla choisit d’exprimer sa dévotion envers son défunt mari en transportant son cœur embaumé dans une boîte d’ivoire. À sa mort, elle fut également enterrée dans l’abbaye à côté d’un cercueil contenant le cœur de son époux. Peu de temps après, les moines ont commencé à appeler l’abbaye « Dulce Cor », ce qui signifie « cœur doux » en latin, et qui donne sweetheart en anglais. Le nouveau nom de l’abbaye serait par conséquent à l’origine de ce terme affectueux encore utilisé aujourd’hui dans la langue de Shakespeare.

En savoir plus sur l’abbaye de Sweetheart.

Traquair House : la plus vieille demeure d’Écosse et son célèbre portail aux ours.

Où ? Peebles (Scottish Borders)

Vieille de plus de 900 ans, la plus ancienne demeure habitée d’Écosse est véritablement extraordinaire. Datant du XIIe siècle, pas moins de 27 rois et reines se sont rendus à la Traquair House. D’ailleurs, la famille Stuart y vit depuis 1491. Chaque centimètre carré du bâtiment, des planches qui grincent aux dalles de pierre usées, en passant par les portraits ancestraux et les précieux meubles et artéfacts d’époque, a une histoire à raconter. Étonnamment, la demeure abrite moins de fantômes qu’on pourrait le croire. Son histoire la plus terrifiante n’est pas surnaturelle mais concerne le portail surmonté d’ours qui marque la fin de l’ancienne allée. Il a été fermé pour la dernière fois derrière Bonnie Prince Charlie en 1745, alors qu’il quittait Traquair pour se rendre à la bataille de Culloden afin de rétablir la famille Stuart sur le trône. Depuis la défaite désastreuse des Jacobites à Culloden, les grilles du portail sont restées fermées, et on raconte qu’elles le resteront jusqu’à ce qu’un Stuart monte à nouveau sur le trône.

Apprenez-en davantage sur Traquair House.

Le château de Culzean et son joueur de cornemuse : une histoire de fantômes

Les mystérieuses falaises sous le château de Culzean (South Ayrshire)

Où ? Maybole (South Ayrshire)

Le son de la cornemuse est associé à de nombreux événements : les mariages écossais, la Burns Night, les Jeux des Highlands et d’autres occasions festives. Cela dit, il existe des endroits où le bourdonnement distinctif de la cornemuse peut vous glacer le sang. Et le château de Culzean est l’un d’entre eux. L’histoire raconte que les grottes situées sous les falaises du château de Culzean sont hantées. Il y a bien longtemps, un joueur de cornemuse intrépide a été appelé pour enquêter sur la vérité. On lui demanda de marcher depuis l’entrée des grottes en jouant de la cornemuse tout en se frayant un chemin à l’intérieur, avant de ressortir par un tunnel au sommet des falaises, accompagné de son fidèle chien. Alors qu’ils disparaissaient dans l’obscurité des grottes, le son de la cornemuse se faisait de plus en plus faible jusqu’à ce que tout devienne silencieux. Ni le joueur de cornemuse ni le chien n’ont été entendus ou vus depuis lors. Excepté les nuits calmes, où l’on entend un son de cornemuse s’élever des grottes mystérieuses, et dont la source est inconnue. Certains ont même déclaré avoir vu une silhouette solitaire sur Piper’s Brae, près de la chapelle dans les jardins du château. Et pour finir, sachez qu’il n’est pas la seule figure spectrale à hanter ce château légendaire et ses environs.

Plus d’infos sur le château de Culzean et son domaine.

Le château de l’Ermitage : un chapitre dramatique dans la vie de Marie Stuart

Actuellement fermé au public

Hermitage Castle, near Newcastleton

Le château de l’Ermitage, près de Newcastleton

Où ? Newcastleton (Scottish Borders)

Décrit comme « le poste de garde de l’une des vallées les plus sanglantes de Grande-Bretagne », l’inquiétant château de l’Ermitage est imprégné de mythes et de légendes. En 1566, il a par ailleurs été le témoin de l’un des épisodes les plus marquants et les plus controversés de la vie turbulente de Marie Stuart. James Hepburn, comte de Bothwell et amant secret présumé de Marie, fut grièvement blessé lors d’une bataille avec les « Border Reivers », des bandits originaires des deux côtés de la frontière anglo-écossaise et connus pour leurs vols de bétail et autres délits. Deux semaines après avoir accouché, alors qu’elle séjournait à Jedburgh, Mary apprit la nouvelle et parcourut à cheval les 40 kilomètres de campagne sauvage qui la séparaient de Newcastleton pour être à ses côtés. Hepburn survivra à ses blessures et épousera Marie Stuart, mais cette union déclenchera un désastre. Ses ennemis utilisèrent son acte intrépide comme preuve que non seulement elle était engagée dans une liaison adultère avec Bothwell, mais qu’elle avait également conspiré dans le meurtre de son second mari, Lord Darnley. Pire encore, cet acte fut présenté comme la preuve qu’elle complotait pour renverser sa cousine, Elizabeth I, scellant ainsi son destin tragique.

Apprenez-en davantage sur l’Ermitage et la vie de Marie Stuart.

La forge de Gretna Green : un passé romantique

Où ? Gretna Green (Dumfries & Galloway)

Imprégné d’histoire, le Famous Blacksmiths Shop du village frontalier de Gretna Green est la destination de mariage de nombreux couples depuis 1754. Le Famous Blacksmiths Shop, qui vient de rouvrir ses portes, vous entraîne dans son passé romantique et souvent dramatique au travers d’expositions et d’artéfacts passionnants. Découvrez pourquoi Gretna Green était si irrésistible pour les jeunes couples d’antan et demeure si populaire auprès des jeunes couples aujourd’hui. De toutes nouvelles présentations audio-visuelles font revivre le drame des mariages secrets de Gretna Green, et vous y trouverez également une fascinante collection de souvenirs de l’époque où les couples traversaient la frontière pour profiter des lois écossaises plus souples sur le mariage. Découvrez les lettres, les télégrammes et les certificats de mariage de celles et ceux qui ont défié leur famille en s’enfuyant vers ce lieu devenu mythique. Un conseil : touchez la célèbre enclume, le symbole de l’histoire romantique de Gretna Green. La légende veut que si vous touchez l’enclume, vous aurez de la chance dans les affaires de cœur.

Visitez le Famous Blacksmiths Shop de Gretna Green.

Eildon Hill : le folklore qui inspira Sir Walter Scott

Où ? Bemersyde (Scottish Borders)

Aucune région n’a autant inspiré Sir Walter Scott que les Scottish Borders. Depuis Scott’s View, une petite aire de repos sur une route en altitude près du village de Bemersyde, vous pouvez profiter de vues panoramiques sur les environs. Vous pourrez y admirer la terre qui a tant captivé Scott, non seulement pour sa beauté naturelle, mais aussi pour le folklore ancien qui a enflammé son imagination d’enfant. Depuis Scott’s View, vous pouvez admirer la colline d’Eildon Hill, liée à un personnage historique du XIIIe siècle, Thomas dit « the Ryhmer » (« le poète »), un devin et compositeur de ballades doté du don de clairvoyance. L’histoire raconte que Thomas devait ses pouvoirs surnaturels à la « Reine d’Elfland » qui l’emmenait dans son royaume féerique à l’intérieur de la colline. Il y serait resté plusieurs années et y reçut le don de clairvoyance. Lorsqu’il revint dans le monde des mortels, il découvrit qu’il ne pouvait plus mentir mais qu’il pouvait prédire l’avenir, y compris de nombreux événements importants de l’Histoire d’Écosse. Désormais immortel, il retourna à l’intérieur d’Eildon Hill, où il réside toujours. Ce n’est là qu’un des contes recueillis par Scott et publiés dans son anthologie de contes populaires des Borders, intitulée Minstrelsy of the Scottish Border.

Visitez Scott’s View et sa demeure d’Abbotsford.

Gunsgreen House : les secrets d’un manoir de contrebandiers

Fermée pour travaux

Où ? Eyemouth (Scottish Borders)

Si les murs de Gunsgreen House pouvaient parler, ils raconteraient d’innombrables histoires rocambolesques du XVIIIe siècle, à l’époque où la côte du Berwickshire était en proie à la contrebande. L’un des contrebandiers les plus notoires de l’époque était John Nisbet, qui a fait bâtir cette élégante propriété, conçue par le célèbre architecte John Adam et financée par le produit de ses activités illicites. Parmi les secrets de Gunsgreen figurent des tunnels souterrains, une chambre sous les lattes du plancher où le propriétaire se cachait des agents des accises, et une goulotte secrète cachée derrière une trappe déguisée utilisée par Nisbet pour dissimuler le thé (une denrée alors très précieuse et fortement taxée) qu’il vendait en petits sachets aux clients depuis son salon. Même les fenêtres du salon à haut plafond étaient stratégiquement placées pour offrir une vue imprenable sur le port afin que les contrebandiers puissent se signaler les uns aux autres à la lueur d’une lanterne, dans l’obscurité.

Visitez le musée de Gunsgreen House.

La grande carte polonaise d’Écosse : un merci de la Seconde Guerre mondiale

Où ? Peebles (Scottish Borders)

À première vue, le domaine du Barony Castle Hotel ressemble à celui de n’importe quel autre hôtel de campagne. Mais en observant plus attentivement la collection de rochers recouverts de lichen et de mousse dans un champ, vous découvrirez quelque chose de spécial : une immense carte en relief de l’Écosse, la plus grande en son genre au monde. L’histoire de sa création est émouvante. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Jan Tomasik, un sergent polonais de la division blindée, était stationné à proximité pour aider à défendre le pays. À la fin de la guerre, Tomasik a acheté le château de Barony et l’a reconverti en hôtel. Intéressé par la topographie, Tomasik a voulu remercier son pays d’adoption en mettant à profits ses compétences et sa passion. C’est ainsi qu’est née la carte d’Écosse, plus connue sous le nom de « grande carte polonaise d’Écosse ». Restaurée en 2010, cette carte est d’une échelle hors du commun, mesurant près de 49 mètres sur 40 mètres, et représente un modèle remarquablement précis du paysage écossais.

Visitez la grande carte polonaise d’Écosse et séjournez au Barony Castle Hotel.

Découvrez plus d’informations sur l’Année des Histoires 2022 en Écosse et d’autres destinations dans le sud de l’Écosse. Découvrez les propriétés récompensées par le label Green Tourism dans les Scottish Borders et le Dumfries & Galloway, ou consultez ces 18 idées d’endroits où séjourner lors d’un voyage dans le sud de l’Écosse.

Comments