Devenir roi ou reine est synonyme de grande célébration somptueuse avec de nombreuses traditions fantaisie. La règle s'appliquait également aux cérémonies écossaises, où les monarques portaient une couronne incrustée de pierres précieuses, tout en tenant une épée d'apparat et un sceptre.

Ciel bleu au château d'Édimbourg

Les Honneurs de l'Écosse et la pierre du destin ont servi, au cours de l'histoire, à couronner les monarques écossais, anglais et britanniques. Ils ont des centaines d'année, mais ils se sont bien conservés et vous pouvez aujourd'hui encore les admirer au château d'Édimbourg (voir photo).

Les Honneurs de l'Écosse

  Les Honneurs de l'Écosse au château d'Édimbourg

  • Il s'agit des joyaux de la Couronne écossaise.
  • Ce terme s'applique à une couronne incrustée de pierres précieuses, à une épée d'apparat et à un sceptre.
  • Ils datent des XVe et XVIe siècles.
  • Ce sont les plus vieux regalia des îles britanniques (les emblèmes de la royauté).

Histoire

  • Ils ont été utilisés ensemble pour la première fois lors du couronnement du nourrisson Marie, reine des Écossais, au château de Stirling en 1543.
  • Ils ont également servi lors des couronnements de Jacques VI en 1567, de Charles Ier en 1633 et de Charles II en 1651 pour la dernière fois.
  • Ils furent cachés au milieu du XVIIe siècle pour les protéger d'Oliver Cromwell.
  • Ils furent tout d'abord cachés au château de Dunnottar dans l'Aberdeenshire, puis ils furent ensuite sortis clandestinement lors d'un siège et enterrés à quelques kilomètres de là dans l'église paroissiale de Kinneff pendant neuf ans, jusqu'à ce que la monarchie soit restaurée en 1660.
  • Ils furent ensuite utilisés lors des réunions du Parlement écossais pour représenter le monarque.
  • Suite à l'acte d'Union de 1707 ils ne furent plus nécessaires. Par conséquent, tout comme dans un conte de fée, on les garda dans un coffre au château d'Édimbourg où ils furent oubliés pendant plus de 100 ans.
  • Ce n'est qu'en 1818 que Sir Walter Scott insista pour qu'on les cherche dans le château et on les retrouva alors.
  • Ils furent à nouveau cachés pendant la Seconde Guerre mondiale face à la peur d'une invasion nazie.
  • En tout, ils furent cachés trois fois.

La pierre du destin

Palais de Scone

  • On ne connaît pas la provenance exacte de la pierre du destin.
  • Les théories mentionnent des origines bibliques ou une fabrication de la pierre en Écosse.
  • Elle est en réalité d'apparence assez quelconque et ordinaire, contrairement à son histoire haute en couleur.
  • Elle a été utilisée pour sacrer les monarques écossais à Iona, Dunadd et Scone.
  • Elle peut être admirée au château d'Édimbourg, tout comme les Honneurs de l'Écosse, et vous pouvez également en voir une réplique en pierre au palais de Scone dans le Perthshire (voir photo).

Histoire

  • En 1292, Jean Balliol fut le dernier roi à utiliser la pierre du destin.
  • En 1296, elle fut capturée par Édouard Ier d'Angleterre et emmenée à l'abbaye de Westminster à Londres.
  • Elle fut gardée sous la chaise du couronnement, où les souverains anglais et britanniques se sont assis lors de leur couronnement pendant 700 ans.
  • Le jour de Noël de 1950, quatre étudiants nationalistes écossais retirèrent la pierre de l'abbaye de Westminster et la ramenèrent en l'Écosse. Après un scandale public, on la retrouva quelques mois plus tard à l'abbaye d'Arbroath, enveloppée du drapeau écossais. La police la ramena à l'abbaye de Westminster.
  • Elle fut utilisée pour la dernière fois lors du couronnement de Sa Majesté la reine en 1953.
  • En 1996, le jours de la saint André (le 30 novembre), la pierre du destin fut rendue à l'Écosse lors d'une cérémonie et d'une fête des plus solennelles, avant d'être déposée dans le château d'Édimbourg aux côtés des Honneurs de l'Écosse. Le long du Royal Mile d'Édimbourg, environ 10 000 personnes assistèrent à la procession des dignitaires et des troupes qui escortèrent la pierre depuis le palais de Holyroodhouse, en bas de l'artère, jusqu'au château.