Rares sont les aspects de la fascinante histoire écossaise à être aussi imagés ou sanglants que le système des clans. Remontant aux traditions aciennes celtes, nordiques ou franco-normandes du XIIIe siècle, les clans étaient fermement enracinés dans les Highlands écossais.

Bien que le terme "clan" signifie famille ou enfants en gaélique, tous les membres d'un même clan n'appartenaient pas obligatoirement à la même famille. Les clans vivaient de la terre ; les troupeaux constituaient leur principale source de richesse et la cause première des troubles entre clans, au même titre que les conflits territoriaux. Les chefs de clan les plus importants à cette époque étaient mi-rois, mi-protecteurs et mi-juges ; ils possédaient un pouvoir réel sur les terres qu'ils contrôlaient.

Le système perdura en grande partie jusqu'à l'époque de la sanglante bataille de Culloden en 1746, où la rébellion jacobite fut réprimée sans pitié par les troupes royales de George II.

À ce moment, l'amélioration des liens commerciaux et de communication entre les clans du nord et du sud présageait déjà l'affaiblissement du système des clans. Les tristement célèbres Highland Clearances marquèrent dans les faits la fin des clans, lorsque des milliers de paysans écossais partirent vers des côtes lointaines en quête d'un avenir meilleur.

Aujourd'hui, l'on peut associer de nombreux clans à une partie bien précise du territoire écossais. Par exemple, les MacLeod de Skye, les MacNeil de Barra ou les MacNab de St Fillan sur le Loch Earn. Si vous possédez des ancêtres écossais ayant appartenu à des clans, un voyage sur la terre de votre clan s'impose, il s'agit d'une expérience émouvante sans pareille.