Avis relatif au coronavirus (Covid-19). Vous pouvez désormais parcourir notre site afin de consulter la liste des établissements et commerces qui ont rouvert leurs portes et participent au programme « Good to Go ». Pour plus d’infos sur les voyages et le tourisme en Écosse à l’ère du coronavirus, consultez notre page consacrée au déconfinement.

Le Blog

Photographie animalière : en quête des chats sauvages, des loutres et des aigles d’Écosse

L’Écosse abrite une vie sauvage aussi riche que remarquable : écureuils roux, cerfs élaphes, et loutres cohabitent avec d’autres espèces plus exotiques, comme les chats sauvages, les phoques, les dauphins et les pygargues. Le photographe animalier et instagrameur anglais George Turner s’est récemment embarqué dans un voyage épique aux quatre coins de l’Écosse afin d’immortaliser certaines de ses espèces emblématiques. Au travers d’images et de témoignages, il a accepté de partager son expédition avec VisitScotland.

George looks out on the Quiraing, Skye

George regardant le Quiraing de l’île de Skye | Photo de George Turner

« Armé de mon appareil photo (et d’un sac rempli de téléobjectifs), j’ai commencé mon voyage vers le nord depuis Southampton, sur la côte sud de l’Angleterre. Ma mission ? Dénicher, observer et immortaliser les différentes facettes de la vie sauvage écossaise.

Ma première escale fut la région de l’Assynt, dans le Wester Ross. Peu de gens se rendent dans cette contrée du nord des Highlands, caractérisée par ses paysages escarpés et son isolement. Ça n’est pas pour me déplaire ; cela en fait une destination de choix pour observer les animaux sauvages sans aucune interférence humaine. Je comptais y passer 3 jours, et en tête de liste se trouvait un animal en particulier : le chat sauvage d’Écosse, une espèce endémique menacée d’extinction, apparentée au chat sauvage d’Europe.

À la recherche de chats sauvages dans le Wester Ross

Selon plusieurs chercheurs avec qui je m’étais entretenu en amont de mon expédition, des chats sauvages avaient été récemment aperçus aux abords du Loch Sionascaig. Étant donné que le chat sauvage est principalement actif à l’aube et au crépuscule, je me suis levé aux petites heures du matin, dès 4 heures, équipé de mon appareil photo et de mon affût.

Goat in Wester Ross

George croise le regard d’une chèvre dans le Wester Ross | Photo de George Turner

Alors, je ne vais pas épiloguer : cette sortie matinale n’a rien donné. Après avoir attendu pendant 3 jours, assis sous une pluie horizontale accompagnée de vents forts du matin au soir, l’animal m’échappa à chaque fois ou presque. Dans un effort d’innovation, je décidai lors d’un après-midi glacial de grimper à mi-hauteur du Stac Pollaidh, d’y installer mon affût et d’attendre.

C’est à ce moment que la chance me sourit et que j’entrevis cette mystérieuse créature. C’était en plein crépuscule, au moment où l’obscurité déposait son voile sombre : j’aperçus une épaisse queue rayée dépasser du décor, à une centaine de mètres de mon campement. La scène a duré 3 secondes, la visibilité était très mauvaise, et je n’étais pas certain qu’il s’agissait d’un chat sauvage ou d’un simple chat domestique ou hybride. Cela dit, si c’était bel et bien l’animal que j’espérais à tout prix photographier, je pense qu’il s’est moqué de mes vaines tentatives de l’apercevoir !

Beach

La plage de Clachtoll dans l’Assynt | Photo de George Turner

Pendant mon séjour dans l’Assynt, j’ai pris soin de prendre quelques clichés de paysages en journée. En raison de la mauvaise visibilité, qui voilait les sommets iconiques de cette région d’Écosse, je me suis dirigé vers le nord pour rejoindre les plages légendaires d’Achmelvich et de Clachtoll. Si ce n’était pour le vent mordant, on croirait véritablement que Clachtoll est une plage des Seychelles !

Aigles et couchers de soleil sur Skye

Je repris la direction du sud, jusqu’à ce que la fameuse île de Skye se dessine au loin. J’avais déjà visité l’île en décembre dernier en vue de découvrir ses paysages exceptionnels. Cette fois-ci, j’étais bien décidé à révéler l’envers du décor et explorer ses moindres recoins afin de dénicher les perles rares qui la rendent si unique.

Highland Coo in Skye

Une vache des Highlands sur l’île de Skye | Photo de George Turner

Le lendemain matin, mon acolyte instagrameur @ali.horne et moi sommes partis en randonnée jusqu’au Quiraing pour y admirer le lever du soleil dans ce décor grandiose. Hélas, Mère Nature en décida autrement et nous offrit un accueil à base de grêle, de neige et de pluie.

Nous avions eu vent que la météo était plus clémente au sud, alors nous nous sommes précipités dans notre voiture et avons rejoint les Fairy Pools, nichées dans un coin de la vallée de Glen Brittle.

Ces fameux bassins étaient aussi mystérieux que leur nom. Leur eau turquoise, leurs ravins tortueux façonnés par les torrents, leurs cascades paisibles, avec les magnifiques monts Cuillin en toile de fond.

Fairy Pools, Skye

Les célèbres Fairy Pools sur l’île de Skye | Photo de George Turner

Après quelques heures, Ali et moi nous sommes rendus dans le petit village côtier d’Elgol, dont les vues imprenables sur la chaîne des monts Cuillin par-là la mer ont été immortalisées sur une myriade de cartes postales. Quelques habitants du village évoquèrent la présence de plusieurs loutres européennes, ce qui a ravivé mes espoirs d’en apercevoir l’une ou l’autre.

Sunset at Elgol

Coucher de soleil à Elgol | Photo de George Turner

Au final, aucune loutre n’a daigné pointer le bout de son nez…Cela dit, nous avons aperçus quelques pygargues à queue blanche volant en cercle au loin. Entre ces superbes rapaces et un coucher de soleil exceptionnel, notre sortie a été plus que récompensée !

Le lendemain matin, nous avons (encore !) essayé de rejoindre le Quiraing pour y observer le coucher du soleil. Il avait neigé et gelé pendant la nuit, ce qui promettait une ascension pour le moins risquée en voiture. Et une fois arrivés sur place, quel fut le résultat ? Une magnifique lumière dorée qui illuminait la crête de Trotternish et par-delà.

Sunset over the Quiraing

Coucher de soleil sur le Quiraing (île de Skye) | Photo de George Turner

Par la suite, Ali est rentré chez lui, à Glasgow, et j’ai pris la direction de l’Argyll au sud. J’espérais y trouver ce fameux chat sauvage et ces loutres européennes.

Spoiler : J’ai trouvé l’un de ces deux animaux…mais lequel ?

Des loutres dans l’Argyll

L’Argyll est reconnue pour la richesse de sa faune marine : baleines, dauphins, phoques, loutres, oiseaux marins ; un véritable paradis pour les photographes animaliers en mon genre ! Le littoral de l’Argyll abrite également une pléthore d’îles, de lochs et de baies reculées. Pas étonnant que tant d’animaux y aient élu domicile !

Castle Stalker

Le château de Stalker près d’Oban (Argyll) | Photo de George Turner

Après avoir établi mon point de chute à Oban, je passai le plus clair de mon temps à l’embouchure du Loch Etive. Situé non loin d’Oban et du château de Stalker (représenté ci-dessus), cet endroit était un véritable trésor photogénique. Et mon choix a payé…

Mon nouvel ami sortit la tête hors de l’eau aux alentours de 9 heures du matin. Après avoir repéré le caractéristique sillage en « V » dans l’eau, je suivis la loutre jusqu’au rivage et pris cette photo sans hésiter. Elle m’a tenu compagnie pendant 30 secondes au plus, mais croyez-moi, ce sont des instants que je ne suis pas près d’oublier !

Otter in Argyll

Une loutre au Loch Etive (Argyll) | Photo de George Turner

Le jour suivant, j’ai parcouru le littoral boisé de Lochgilphead dans l’espoir de rencontrer l’un ou l’autre écureuil roux, une espèce inexistante dans mes comtés anglais d’origine que sont le Dorset et le Hampshire. Bien que je n’en ai pas croisé un seul en définitive, les paysages magnifiques de la région m’ont bien vite fait oublier cette déception.

The Road

Une route au cœur de l’Argyll | Photo de George Turner

En chemin vers l’aéroport de Glasgow où j’allais prendre l’avion qui me ramènerait chez moi, je repensais à mon séjour dans les Highlands écossaises. Avec des panoramas comme celui que vous pouvez voir ci-dessus, il n’est pas étonnant que j’aie eu le cœur serré en quittant cette région et, surtout, que je me sois promis d’y retourner très prochainement. »

Pour voir plus de photos de George, rendez-vous sur son compte Instagram et son site Web.

Comments

Politique de cookies

VisitScotland utilise des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. En utilisant notre site, vous acceptez notre politique d'utilisation de cookies. Pour plus d'informations, veuillez lire notre déclaration de confidentialité et de cookies.